Vendredi 23 juin : l'heure du premier bilan

Publié le par Gabriel Rocque

Vendredi 23 juin

 

Enfin, le dernier jour de la semaine. Le bilan est dans l’ensemble assez positif, quoique pas très spectaculaire : le chantier est propre, sécurisé, le mur support de canalisation est presque nettoyé, la grosse couche de tuiles est en cours de dégagement, mais surtout le nettoyage de la grande coupe centrale nous a enfin permis de comprendre les modes de construction de l’aqueduc.

19.jpg























Mode de construction de l’aqueduc :

L’examen attentif de cette coupe nous permis de déterminer avec certitude comment les gallo-romains ont procédé pour l’édification de ce monument qui devait être autrefois imposant et qui a dû représenter un important chantier.

Plusieurs couches successives sont visibles sur cette coupe, du bas vers le haut : une épaisse couche d’argile sans inclusion, une fine couche de cailloutis, à nouveau une couche d’argile avec quelques grosses inclusions, une grosse poche de cailloutis, le tout s’appuyant sur le mur de fondation, et au dessus un gros vrac de fragments de pierres informes et de tailles variées.

L’interprétation de ces couches s’est révélé beaucoup plus intéressante que prévu :

- 1ere étape : une tranchée est creusée dans l’argile naturelle (tranchée de fondation). Dans cette tranchée le mur appelé MR30090 est construit. Sur une hauteur de 5 rangées de pierres grossièrement empilée et jointes avec du mortier (béton antique).

- Le mur ainsi construit resta alors à l’air libre un certain temps (quelques jours ? quelques mois ?), le temps en tout cas qu’une coulée d’argile naturelle recouvre les fondations.

- 2e étape : une deuxième tranchée est creusée dans cette coulée d’argile de manière à retrouver le niveau sur lequel la première construction s’est arrêté. Dans cette tranchée deux nouvelles assises sont édifiées.

- 3e étape : construction de l’élévation du pont-canal (piles et inter-piles) : c’est la grosse poche de cailloutis

- 4e étape : construction des murs fermant les arches du pont-canal (cette étape n’est pas visible dans la coupe, nous ne savons donc pas quand cette construction intervient : au même moment que l’édification des arches ? ou après quelques mois ou années d’utilisation ?)

- 5e étape : destruction du mur (gros vrac de fragments de pierres)

Maintenant il ne reste plus qu’à dater ces différentes étapes, et donc à trouver de la céramique ou des monnaies, à comprendre la chronologie entre les arches et les murs de fermeture et surtout à caractériser la période d’utilisation (pourquoi ne trouve-t-on pas en coupe les niveaux d’usages de l’aqueduc ?).

 


Commenter cet article